© 2016 Présence d’André Baillon asbl ::  Designed by GauthierBurny.com ::  Produced by TexTureDesign.eu

Présence d’André Baillon

Baillon avec ses chats,
vers 1925, à Marly-le-Roy

Baillon avec ses chats, vers 1925, à Marly-le-Roy
Préface autographe d'Un homme si simple (brouillon)

Préface autographe d’Un homme si simple (brouillon)

Caricature de Baillon dans la presse

Caricature de Baillon dans la presse

ANDRÉ BAILLON
AUX ARCHIVES ET MUSÉE DE LA LITTÉRATURE
DE BRUXELLES

 

En 1956, la Bibliothèque Royale a accueilli l’ensemble des archives littéraires d’André Baillon, qui avaient été léguées par Mme Germaine Lievens à M. Robert Hankart. Bientôt confié à la garde du Musée, étoffé par des achats et par des dons précieux (en particulier ceux de MM. Van Bogaert et Héla), le Fonds André Baillon (FS III et V) constitue un témoignage privilégié de la vie et de la carrière littéraire de l’auteur d’Un homme si simple.

 

Le chercheur y trouvera tout d’abord les principaux manuscrits autographes de l’écrivain Le neveu de Mademoiselle Autorité, Les Mots, ou encore Moi quelque part; Le Perce-oreille du Luxembourg et Un homme si simple y figurent même en deux versions. S’y ajoutent plus de 400 fragments, notes et brouillons dont les variantes se révèlent très utiles pour l’étude de la genèse de l’œuvre.

 

C’est surtout par la qualité de leurs dédicaces que les épreuves d’imprimerie et les livres de la bibliothèque de l’écrivain retiennent l’attention. Adressées à celles qui ont vécu à ses côtés et inspiré son œuvre, elles se donnent pour de précieux fragments d’intimité et d’émotion.

 

Quant à l’ensemble le plus considérable, il est constitué par la correspondance. Les échanges épistolaires sentimentaux (tout particulièrement avec Germaine Lievens - quelque 330 lettres – et Marie de Vivier) s’y taillent la plus grande part. Mais nombreuses sont également les lettres adressées à l’écrivain par des personnalités aussi éminentes que Charles Vildrac (25 lettres), Colette (8 lettres), Philippe Soupault, Romain Rolland, Henry de Montherlant, ou Jean Giono et, parmi les écrivains belges, Franz Hellens, Georges Eekhoud, J.-H. Rosny Aîné et Maurice Gauchez.

 

Outre ces quelque 1300 autographes, le fonds conserve encore une vaste documentation biographique et iconographique dont on retiendra, à titre d’exemples, les contrats de Baillon pour l’édition de ses ouvrages, d’amusantes caricatures ainsi qu’un volumineux dossier concernant la collaboration de l’auteur de Par Fil spécial & divers journaux et revues.

 

Véronique Jago-Antoine

(d’après André Baillon, le précurseur, Textyles, n. 6, novembre 1989)

 

 

 

Les Archives et Musée de la Littérature de Bruxelles (AML) conservent énormément de documents de et sur Baillon, même en dehors du Fonds. En effet, le Fonds André Baillon constitue un ensemble clos, qui contient un nombre fini de livres, manuscrits, etc. Les acquisitions successives à l’établissement du Fonds sont nombreuses, et ne doivent pas être sous-estimées. Notons, par exemple, que les AML ont récemment acquis le manuscrit (introuvable depuis longtemps!) d’Histoire d’une Marie, celui de Judith (récit inachevé), ou encore, il y a quelques années déjà, toute la correspondance d’André Baillon à son ami le peintre et écrivain Pol Stiévenart (1900-1930). Les AML possèdent un exemplaire de nombreux travaux de fin d’études (thèses, mémoires) présentés dans différentes universités et institutions, en Belgique et à l’étranger.